Ballade en Crimée !

Le 25-07-2009 • Pays : Ukraine

Après avoir dormi à Simferopol, capitale de cette république autonome qu'est la Crimée, nous partons visiter le palace Khan.

p1020313.jpg

Endroit très plaisant pour s'y promener, il a été construit par des architectes Perses, Arabes et Italiens ce qui donne un mélange des genres très agréable. Nous restons un bon moment à s'imprégner de cette ambiance en écoutant 3 musiciens jouer du tambour, de l'accordéon et du violon.
p1020320.jpg


Quelques kilomètres plus loin nous grimpons dans la montagne pour aller voir les grottes Kufuth, une multitude de pièces taillées à même la roche et qui forme tout un réseau au sommet de la montagne.

p1020433.jpg

La vue de là haut est saisissante, on ne se serait pas attendu à ça !
Nous faisons également une descente au frais dans une ancienne mine... ou un puit... En tout cas la voix grave du guide parlant tout en Russe était impressionnante dans ce grand couloir sombre et raisonnant :)

p1020375.jpg


On redescend jusqu'au parking où l'on trouve un restaurant à l'apparence sympathique. Chaque table est dans une sorte de petite cabane avec de nombreux coussins ; le tout dans un grand jardin... Bref, repas très sympa à faire nos pachas ;) On en profite tant qu'on peut avant de se taper 47° dans le désert Ouzbek et à bouffer des pâtes pendant 3 semaines !!!
p1020436.jpg
Route pour la côte direction Balaklava où nous changeons de registre de visite pour revenir à un autre vestige de la guerre froide : une ancienne base navale qui accueillait les sous-marins pour leur entretien. Site connu depuis bien longtemps car déjà décris dans l'odyssée d'Homer. Le site est aujourd'hui devenu un musée naval et on peut y voir des torpilles et autre mines anti sous-marins ou anti-bateau... Encore une sacré installation militaire qui heureusement n'aura pas ou très peu servi de manière opérationnelle...
p1020462.jpg
Nous continuons notre route de nouveau vers l'est en suivant la côte de haut. La vue est superbe depuis la route et nous stoppons quelques kilomètres avant Yalta, à Gaspra, où l'on retrouve Evgenia, une amie ukrainienne de Gaëtan. Elle nous aide à trouver un hôtel pas trop cher puis une fois nos gros sacs posés, nous partons avec elle à Yalta pour se faire un bon restaurant.

Le lendemain, nous tentons de trouver un palace censé être à quelques kilomètres de notre hôtel. Une heure de voiture et de demi-tour plus tard, on finit par stopper près d'un grand château qui se pourrait bien être notre palace...

p1020496.jpg
On se ballade dans le château puis au bord de l'eau. La côte est très accidentée et il n'y a quasiment pas de plages, encore moins de sable. Les plages des grands hôtels-resort sont toutes en béton et de manière générale la côte est très urbanisé et pas toujours de très bon goût...

p1020513.jpg
Nous déjeunons avec Evgenia avant de se baigner dans la mer noire, une première ! Puis on se laisse tenter par une "Banana's party" ; une grosse bouée en forme de banane où l'on peut tenir à 6 dessus et qui est tirée par un hors-bord plutôt puissant, le but étant évidement de tous nous faire tomber à l'eau... On y arrive même très bien avec Sylvestre sans que le bateau ne fasse de man½uvre particulière ;)



Mais il est temps de repartir vers l'est ; au revoir Evgenia et merci pour ton accueil ici à Gaspra. Je conduis jusqu'à Sudak sur une jolie route mais TRÈS sinueuse. Nous y arrivons en fin d'après midi pour visiter un gros château perché au sommet d'une falaise donnant directement dans la mer.

p1020575.jpg 

Imprenable de ce côté, il y a deux niveaux de remparts qui donnent sur la vallée... Cette fortification ne devait pas être simple à prendre ! Nous regrettons le temps qui est un peu couvert mais l'endroit est quand même assez grandiose vu du sommet de la tour en haut de la falaise.

p1020542.jpg


Nous continuons encore plus à l'est pour rallier Kerch dans la soirée où nous dégottons un petit hôtel/discothèque plutôt sympa et avec trois serveuses ravissantes... nous tombons tous sous le charme ! :) Nous sommes aussi surpris de croiser une jeune fille parlant un excellent francais, elle a passé quelques années étant plus jeune en Belgique et au Luxembourg. Elle confirme notre impression, les touristes occidentaux sont bien rares en Crimée.
Trois milk-shake au jus de pèche plus tard et nous sommes tous au lit en essayant vainement de dormir malgré la musique de la discothèque deux étages en dessous de nous...

Nous sommes maintenant dans le ferry qui doit nous faire passer en Russie. Cela fait plus de 7h que nous attendons... Vous saurez au prochain message si nous avons fini par réussir à franchir la frontière Russe !

Signé: Rodolphe




Traces GPS :
Crimee - day 1
Crimee - day 2
Kiev & route pour la Crimée !

Le 23-07-2009 • Pays : Ukraine

Après Tchernobyl, retour à Kiev où nous visitons en fin de matinée l'église St Andrew qui domine un peu la ville. Le bâtiment est plutôt joli avec ses toitures rondes toute verte. La vue donne une bonne idée de l'étendue de Kiev qui nous surprend de plus en plus par sa diversité et sa beauté.

p1020077.jpg

Nous redescendons à pied pour aller prendre le métro en passant par un petit marché assez typique. Direction le monastère de Kyevo-pechers'ka lavra qui se trouve tout en haut d'une colline. À la sortie du métro nous sommes effarés de la profondeur à laquelle nous sommes. Nous prenons un premier Escalator interminable qui nous mène dans une immense salle ronde coiffée d'un dôme gigantesque... Puis un deuxième Escalator qui arrivera enfin à la surface. Il se met à pleuvoir mais nous faisons un grand tour dans ce monastère qui comporte plusieurs bâtiments et de grands jardins... et qui, par un temps ensoleillée, nous aurait certainement plus captivé ;)

p1020132.jpg

Samuel et Sylvestre vont visiter quelques autres monuments.

p1020175.jpg
Nous rentrons à l'hôtel pour récupérer nos sacs et on recharge la voiture pour partir en direction de... La Crimée !
Encore un changement de programme ! En effet, suite au problème de visa avec le Turkmenistan, nous avons du changer notre route pour passer au nord de la mer Noire et de la mer Caspienne, mais ayant déjà obtenu nos visas pour l'Ouzbekistan et ceux-ci démarrant le premier août, nous avons donc un nombre assez important de jours que nous avions prévu pour la traversée de la Grêce, Turquie, Iran... Or, il y a moins de kilomètres, les routes meilleures et, surtout, l'est de l'Urkraine et les environs de Volvograd ne sont pas des endroits très touristiques (comprendre: on va voir plus de choses en Crimé).

On réussit tant bien que mal à sortir de Kiev et on s'arrête dans un resto qui a l'air bien sympa à une trentaine de kilomètres au sud de Kiev. Les menus sont en Ukrainiens, quasiment impossible pour nous de décoder la carte... On essaye de choisir 4 plats au hasard dans la carte mais la serveuse, adorable et extrêmement patiente, tente de nous expliquer ce qu'il y a et nous raconte tout un tas de choses... Avec de grand sourire on lui fait bien comprendre que l'on ne comprend rien... Bref, arrive enfin 3 salades différentes et une soupe pour Sam. La soupe de Sam est bien bonne et fais des envieux. Surtout qu'on se dit qu'avec une simple salade on ira pas très loin :)
Jaloux, Sylvestre et moi commandons la même soupe et on se met à regarder les desserts... Mais c'était sans compter les plats principaux qui arrive ensuite !!! Une bonne assiette de frites et de la  viande grillée. C'est très bon mais ça commence à faire beaucoup ! :)
On remettra le dessert à une autre fois !
Samuel reprend le volant pour les 200 km restant avant Uman... où nous dégottons un vieil hôtel dans un style purement soviétique !
De grands couloirs digne de Shinning, de grandes portes massives, 4 lits grinçants... un vieux papier-pain au mur... bref, une bonne mise en ambiance pour notre visite du lendemain matin...

Un centre de contrôle de missiles nucléaires décommissionné, vestige de la guerre froide. Le centre de contrôle est entouré par une dizaine de silos contenant des missiles nucléaires pouvant atteindre l'Europe de l'Ouest. Cette configuration est répétée une demi-douzaine de fois dans les parages.


Le guide, très sympathique, tente de nous expliquer le fonctionnement de la base. Le centre de contrôle souterrain est conçu pour résister à une attaque nucléaire et dont l'architecture de celui-ci est assez similaire à celle d'un missile.

p1020202.jpg
Le clou de cette visite est surtout la marche dans 130 mètres de couloir sous terrain qui mène jusqu'au sommet du poste de contrôle via les nombreuses portes blindées (700 kilos pour celle qui aurait eu à subir le feu nucléaire).

p1020229.jpg
Après cette visite sur site, on peut voir une série d'équipement nucléaire de l'ex armée soviétique. Des camions de transports de tête nucléaire... Le dernier objet est un missile dit Satan. Un missile intercontinental de plus de 30 mètres de long transportant 10 bombes à hydrogènes. On comprend dans les explications du guide que deux de ces missiles lancées sur la France aurait rasé le pays.

p1020263.jpg
En parallèle la réflexion amenée sur le nucléaire civil par la visite de Tchernobyl, celle-ci nous rappelle cette période folle qu'était la guerre froide et l'argent fou dépensé dans ces projets dantesque ... Pour une fois, on se satisfait du fait que le résultat de cette dépense n'ait jamais utilisé...

Signé: Rodolphe & Sylvestre




Traces GPS :
Kiev & Road to Crimea
Seconde partie
Tchernobyl

Le 22-07-2009 • Pays : Ukraine


Un des points positifs du refus de nos visas Turkmen est que l'on a pu changer notre trajet pour passer par un endroit extraordinaire qui nous faisait bien envie.

Nous avons donc effectué un détour par la ville de Kiev pour visiter la zone de Tchernobyl. C'est un des rares endroits sur notre route que l'on aura pas besoin de présenter. Tchernobyl se trouve à seulement 150 kilomètres au nord de Kiev, capitale de l'Ukraine. 6 millions d'âmes.

La visite de Tchernobyl se décompose en deux parties relativement distinctes.
La première est la visite du complexe nucléaire. Le réacteur qui a explosé en avril 86 n'est qu'un des réacteurs de la zone... Les autres sont restés en activité pendant presque deux décennies après le drame et sont (officiellement) en cours de démantèlement. On circule dans la zone tranquillement.

p1010742.jpg

Un des autres réacteurs
L'accompagnateur se veut rassurant. On ne prendra qu'une dose équivalente à un
vol transatlantique. Pas de soucis. Ceci dit, mettez vos tshirts/chemises à
manche longue (on avait été brieffé avant, pas non plus de tong ou de short). Mais franchement, pas de problème!
. Hmhmh....
Sur la route proche, de nombreux panneaux indiquent une forte radioactivité.

La fin de cette première partie est un arrêt à 100 mètres du réacteur numéro 4 (le coupable). Ça semble tellement paisible et calme que l'on imagine pas que la pire catastrophe nucléaire est arrivée ici et que notre durée de vie dans le sarcophage ne dépasserait pas le quart d'heure...

p1010779.jpg 

Le fameux réacteur

On est particulièrement surpris de voir de nombreuses personnes qui rentrent et sortent des bâtiments environnants... Notre guide les suspecte de ne rien faire à part servir d'alibi à l'Ukraine pour obtenir de l'argent de l'Union Européenne. Plus prosaïquement, on se dit que la construction du nouveau sarcophage doit tout de même les occuper un peu.
p1010803.jpg
Vestige d'une ancienne activité


La seconde partie est la visite de Pryvat. Cette ville existait autour de l'activité atomique de la centrale. Elle ne fut évacuée que 36 heures après l'explosion alors que les niveaux de radioactivité était plusieurs milliers de fois supérieurs à la norme. Depuis, plus personne n'y vit et les visites ne sont autorisées que depuis quelques années. L'atmosphère de ville fantôme est à couper le souffle. Les gens ont quitté la ville en quelques heures et ont vraiment tout laissé en place. Les ballons de foot sont encore sur le terrain, des chaussures de sport y traînent, les livres de l'école encore ouverts, les résultats sportifs affichés...

p1010860.jpg
L'ambiance est particulièrement prenante et laisse imaginer ce que serait un monde si l'Homme venait à disparaître...
Le programme de la visite de la ville nous emmène dans le centre culturel (salle
de spectacle, une autre de réception, salle de foot en salle) et ses environs où l'on trouve la fête foraine (grande roue, autotamponeuses et manège).

p1010871.jpg
Ensuite, on va à la piscine municipale et le terrain de tennis mitoyen... Bien sur vide mais toujours avec les lignes de natation prête à être déployée.
Enfin, on termine par l'école primaire. Sur quatre étages, tout l'équipement est encore là. Livres de géographie sur les tables, salle de cours d'anglais, matériel de physique/chimie... avec quelques signes des derniers moments d'agitation avec les masques à gaz et quelques brancards qui reposent au sol.

p1010988.jpg

Un repas et on quitte la base, petite frayeur, je passe aux détecteurs corporels (on pose les mains et pieds à quelques endroits bien identifiés et la machine nous autorise ou non à revenir dans le monde des vivants). Je m'inquiète pas: on vient de le faire avant de manger, pas de problème. Mais cette fois, grosse alarme sous mes pieds, je dois avoir de la terre sur les semelles de mes grosses chaussures de randonnées!
Je cherche la réaction des militaires censé surveiller les vérifications. Il n'y a personne, je réessaye, ça passe. Ouf. Cependant, j'attendrais avec une certaine impatience l'arrivée à Kiev pour laver mes chaussures (ainsi que le reste de nos vêtements). Petit rappel à l'invisible danger qu'est la radioactivité ...

Tchernobyl a été un événement marquant dans l'histoire proche. Directement rappelé dans les débats énergétiques et les dangers inhérents à cette technologie; indirectement invoqué comme preuve des mensonges d'état avec l'arrêt à la frontière du fameux nuage. Être confronté physiquement aux conséquences de cet événement est une autre réalité. Plus de 20 ans après, la radioactivité, transparente, insidieuse et tueuse est toujours omniprésente et pesante sur le site. Elle déforme ou tue toujours dans les parages...
On ne peut s'empêcher de penser à la catastrophe que serait un tel évènement dans une des centrales françaises...

p1020016.jpg

Ah oui, j'oubliais de préciser mais il y a une ville de 5000 personnes à 18 kilomètres du réacteur.

Signé: Sylvestre

PS: d'autres photos sont accessibles en cliquant sur le titre de ce message.





Traces GPS :
Vers Tchernobyl
Petite mise à jour du site

Le 21-07-2009 • Pays : Ukraine

Comme j'ai bien conscience que la géographie des pays en *stan est inconnue à la plupart d'entre vous, j'ai mis à jour pour mettre en avant le trajet réalisé.

A la fin de chaque message (sauf bien sur celui-ci, purement technique) , vous avez accès au trajet réalisé et la page Trajet indique maintenant notre trajet détaillé réalisé (et qui ira jusqu'à la Mongolie, je l'espère).

Signé: Sylvestre

PS: petite question, quelqu'un aurait une idée pourquoi tout le monde nous dit "Good luck" avant un grand sourire en coin quand on veut aller en Mongolie avec cette Skoda ? ;)

En prime, une petite photo de Tchernobyl... On y reviendra dans un autre message.

Ecole au environ de Tchernobyl


Exces de vitesse

Le 21-07-2009 • Pays : Ukraine

Les aurevoirs sont chaleureux. Gaetan s'est définitivement fait un nouvel ami, les larmes de tristesse ne sont pas loin ;-).

p1010647.jpg

Aujourd'hui rien de réjouissant au programme, 750km pour arriver à Kiev. La route est monotone et l'autoroute est en construction de bout en bout ! C'est donc en jonglant avec les camions et une route défoncée que la journée se passera.p1010671.jpg

Rencontre avec des jeunes Ukrainiens ravis de pratiquer leur anglais


Pas de chance pour Rodo, il est au volant et se laisse aller par la monotonie de la route et n'aperçoit pas le panneau 50km/h sur une autoroute. La police nous fait signe, il était à 94km/h. Rodo s'éclipse dans la voiture des policiers, nous ne savons pas trop ce qu'il s'y passe mais il reviens allégé de 50¤ après négociation.
p1010674.jpg

Direction Paris (ou Orléans ?)


Après une bonne dizaine d'heures de conduite, Kiev nous ouvre les bras. C'est avec un esprit optimiste que nous allons affronter cette capitale de 6 millions d'habitants sans réel plan. Après quelques heures à tourner en rond on repérera l'hôtel du rendez-vous du lendemain. La recherche d'un lieu pour dormir s'avère plus difficile, les hôtels à Kiev sont réputés pour être hors de prix, ils le sont ... Une auberge de jeunesse fini par nous accueillir après une recherche laborieuse. A aucun moment l'auberge n'est indiquée, heureusement notre interprète russo-ukrainien était encore là pour nous sauver.

On fini la soirée, déjà bien entamé, en compagnie de Gala, une amie de Gaëtan. Demain direction Tchernobyl.




Traces GPS :
Vers Kiev
Précédente - 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 ... 9 - 10 - 11 - Suivante